« Rentrée depuis 2009 après presque 9 ans en Europe (Génie informatique et mathématiques – Consultant BI et SAP puis Senior Analyst en Businesss Intelligence et Revenue Assurance et le rêve de devenir pâtissière), les 2 conseils que je donne à ceux qui souhaitent rentrer sont d’être patient et de se préparer.
Tout nouveau départ se prépare (ne pas rentrer sur un coup de tête comme moi): prospecter à distance même si c’est pas toujours facile, il y a beaucoup de sites de recrutements (certains ont été listé j’entend beaucoup parlé de LinkedIn qui marche bien pour le recrutement au SN).
Se renseigner sur les opportunités dans son domaine (le mien est quasi inexistant) est très important pour les nouveaux métiers surtout.

Etre conscient de la réalité du pays fait partie de cette préparation: salaire, évolution de carrière, faire des concessions pour certains métiers, se préparer à la mentalité de travail et de la société et aux conditions de travail pas toujours favorables.
Pourquoi on insiste sur cette mentalité…oui on a grandit ici, oui nous sommes sénégalais mais la plupart sont partis jeunes, on se construit en tant qu’adulte dans des sociétés différentes de la nôtre, on rentre tous bourrés de principes, de « je veux changer le monde » et de pragmatisme
et on se heurte à une société où tous les jours nos principes sont mis à rude épreuve (c’est mon avis). On arrive avec un regard critique “d’émigré » avec nos visions du développement, de la manière efficace de travailler, de « niak soralé » et on se retrouve à devoir changer ces repères parce que tout se passe au ralenti, à l’envers ou avec le « qu’en dira t’on »? Après tout est question de caractère mais bilahiii méti na!
Etre patient dans la recherche ou dans les objectifs qu’on se fixe. Un chamboulement de programme est très vite arrivé dans ce pays, donc être flexible et s’adapter. Mon retour j’en garde un souvenir très mitigé, le premier salaire fut une gifle, les méthodes de travail une aberration mais on serre les dents, on essaie de changer ce qu’on peut et on lâche du lest là où tout combat est inutile. Il y a beaucoup à faire, à notre génération de changer la manière de faire.

5 ans après en tout cas j’en souris Alhamdoulillah. Mon message ne se veut pas pessimiste mais réaliste c’est ma nature. Rentrer était une évidence, la réalité une petite (ou grosse) gifle mais le bilan est positif.
Bonne chance à ceux qui veulent revenir, c’est moins dur que de partir. Pour ceux qui sont là nak nagn mougn té gorgorlou »

Tabara Diack


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by AATD & AC.
© 2016 Sénégal Network – Back to Galsen, tous droits réservés